La dyscalculie

La dyscalculie peut se définir ainsi :

Un trouble des compétences numériques et des habiletés arithmétiques qui se manifestent chez des élèves d’intelligence normale qui ne présentent pas de déficit neurologique acquis

INSERM

Des nuances sont à constater au sein de la dyscalculie. La dyscalculie du traitement numérique va se traduire par des difficultés à lire et/ou écrire des nombres. Quant à la dyscalculie mémorielle, elle est plutôt une mémorisation altérée des tables de multiplication, ou d’addition. Enfin, la dyscalculie procédurale concerne le raisonnement logico-mathématiques.

La dyscalculie à l’école

La dyscalculie va donc principalement impacter les performances en mathématiques. On observera entre autres une lenteur (voir une souffrance) pour apprendre les tables ou encore résoudre des problèmes. En effet, lors de la résolution de problèmes, l’élève doit assembler toute une logique qu’il ne possède pas forcément et le calcul.

La dyscalculie et nos principales aides scolaires

Notre attitude face à la dyscalculie est de prendre des chemins parallèles pour arriver à l’apprentissage des mathématiques.

Apprendre les tables.

Doxacours est le concepteur d’une méthode d’apprentissage du calcul mental appelé calculix. Cette méthode est disponible sur le site de dyspositif.fr. Le principe est de lier une histoire, des images à chaque table et de développer le calcul mental automatique.

Le calcul mental automatique regroupe toutes les astuces de calcul . Il permet ainsi un calcul rapide.

Résoudre des problèmes de maths.

Nous aidons votre enfant à apprendre pas à pas à résoudre des problèmes de mathématiques, à l’aide de la schématisation. Votre enfant verra qu’il est possible de ranger des problèmes dans des catégories.

La numération.

La numération est la représentation des nombres. A travers différents ateliers, votre enfant abordera les nombres dans leur écriture mais aussi dans la représentation des quantités.

Fermer le menu